Algeria: Report 2003

TOWARDS THE SUSTAINABLE DEVELOPMENT OF ALGERIA


Towards food self-sufficiency

 Agriculture, one of the main sectors of the Algerian economy, contributes to nearly 12% of GDP and employs some 1.500.000 people, that is roughly 25% of the labour force. The growth rate is about 19%. However, despite significant resources and very fertile grounds, Algeria cannot ensure its food safety. The agricultural production is insufficient to meet the food needs for the country. Thus Algeria has to import about 2.5 billion USD per year of agricultural products (cereals, dairy products, oil, sugar, coffee...). On the other hand, Algeria only exports the equivalent of 150 to 200 million USD in that sector, that is mainly wine and dried fruits. In fact, the population growth since the Independence was not followed by a widening of the useful agricultural surface which currently represents, according to the official figures, 8,6 million hectares, that is to say 18,5% of the 47 million cultivable. Regarding all these elements, the agricultural sector offers today great investment opportunities as well as high output prospects. Some companies, in particular private ones, having invested the crenel, are thus experiencing dazzling rises. They are often looking for partners in order to optimize their techniques of production.

The PNDA, for a sustainable development

Following the failures of the preceding policies, and in order to solve the problems encountered by the agricultural sector, the government has set up a revival program, the National Plan of Agricultural Development (PNDA). The fundamental role of this initiative is the development of the agricultural production, while developing the potentialities of the country. The main concern consists in reaching food safety, in other words access to agricultural products, so much in quality than in quantity for the population as a whole. In addition, the PNDA has a double mission: to encourage and support the farmers. The main operation aims at land exploitation, by the system of concession of insufficiently exploited lands. It is thus a reconversion of the lands; the areas of the south represent within this framework a significant potential. A second priority relates to the development of the dies (cereals, milk, potato, arboriculture, etc), in order to multiply outputs. Finally, a national program of reafforestation was also initiated within the PNDA framework for 1,2 million hectares, the aim is to increase the afforestation rate from 11% to 14%. In the same way, the reafforestation program is accompanied by an intense activity to make the residents aware of the positive impacts of forests. The PNDA is financied by the National Fund of Regulation and Agricultural Development, which invested about 40 billion DA in 2001. According to the Ministry of Agriculture, the first results are very encouraging. Thus, some 171,000 jobs were created in the sector in 2001. Otherwise, some promising figures were registered in terms of increase of production and output improvement. A renovation and modernization process of the agricultural infrastructures was also put into place.

Developping the agri-food industry

Despite some good results, some essential problems remain to be solved, to ensure the future of the agricultural sector. Thus, 80% of the exploitations cover less than 10 hectares. This incontestably raises the question of the diversification of agricultural activities, but also the problem of the diffusion of technical progress within small-scale farmings, in order to increase their productivity. From a legal point of view, there are still some hesitations regarding land matters during land acquisition. It is also advisable to note an insufficiency concerning financial means allocated to research, for a sustainable development of agriculture. For exemple, there are now few techniques intended for the increase of land productivity, such as fertilizers.Because of this institutional deficit, the private companies make sometimes some attempts to invest the sector, in order to become a fully-committed actor of the agricultural development. Thus, M. Boudiaf, CEO of El Bousten Group, a significant tomato canning facility covering 35% of the Algerian market, explains : "We have launched a company, AGRITEC, in partnership with AGIR, an international Canadian group. This project consists in taking up the agricultural challenge. We have an analysis laboratory of seed fertilizers, water and lands (...). We also have two factories producing liquid and solid fertilizers. (...) It is our first project of great scale while waiting to make an engineering on the agricultural level ; we are trying to give an economic notion of the product to our farmers." And amongst other projects, M. Boudiaf also hopes to reinstate the culture of sunflower. In another register, M. Hasnaoui, CEO of Hasnaoui Group, notes that "agriculture will not be able to develop if one does not set up the necessary agricultural processing industry." And he adds " it is useless to produce if the farmer does not find outlets. There are often peaks of production which get lost because there are no means of transformation." The agri-food industry is therefore not developped enough yet. Nevertheless, some companies of the sector are thriving, such as Group El Bousten. M. Boudiaf raises however the problem of exportation. According to him, the State should care more about it. He explains "The State should seriously be committed in order to help those who want to export, for the levelling of all the companies."

The sinews of war

M.Brahim Hasnaoui highlights a crucial point : "Water is the genuine barrier to development because it is a missing resource and very badly managed. For the agriculture sector to develop, the first step would be to rationalize the water and, therefore, to develop an intensive agriculture with a control of production techniques." The Hydraulics Ministry has put into place an ambitious policy to update the hydraulic infrastructures. The Agriculture Ministry is also encouraging the farmers to adopt irrigation systems with water-saving devices. In this respect, the drop by drop system has developped significatively during the last few years. This system consists in irrigating sparingly the plantation, and more particularly palm plantations.

Habitat : chantiers tout azimut

La politique du logement en Algérie a montré plusieurs limites. Depuis l'Indépendance jusqu'à ce jour, les efforts consentis par l'Etat n'ont eu qu'un faible impact sur le parc immobilier national. Le pays enregistre aujourd'hui un déficit flagrant en habitations, estimé à quelques deux millions d'unités. Cette situation est notamment due à une forte croissance démographique, à un exode rural important mais aussi à l'approche volontariste de l'Etat algérien, qui a toujours voulu s'imposer comme un acteur exclusif de la gestion de la problématique du logement. Cette gestion quasi monopolistique s'est traduite par des délais de réalisation trop longs, des problèmes de financement et certains paradoxes dans les affectations des logements sociaux. Par ailleurs, la forte concentration des populations le long du littoral, la gestion déficiente du patrimoine et la prolifération inquiétante de constructions précaires ou illicites, constituent autant de problèmes à résoudre.
Actuellement, l'action du gouvernement semble être guidée par le souci de restituer un caractère marchand au secteur. La volonté affichée est d'accéder à un marché immobilier désormais plus ouvert à l'initiative privée, nationale ou étrangère, et où l'Etat n'aspire dorénavant plus qu'à garder sa fonction de régulateur. Comme l'indique M.Hamimid, ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, le partenariat est encouragé et demandé : " Nous n'avons jamais refusé les formules de partenariat, nous les encourageons parce que nous sommes conscients d'avoir besoin d'une assistance, du soutien d'un partenaire étranger qui a plus d'expérience dans le domaine du bâtiment, et qui peut nous apporter beaucoup en matière de construction et de choix conceptuel. Nous ressentons un déficit dans le domaine de l'urbanisme, et nous encourageons cette formule de partenariat car je suis persuadé que cela permettra d'aller plus vite et de faire mieux ". Pour ce faire la politique du gouvernement s'adapte aux divers acteurs présents sur le marché ainsi qu'aux besoins exprimés par les diverses tranches de société. Dans ce cadre 5 grands programmes ont étés mis en place ; la location vente, le social participatif, le social locatif, le promotionnel et le rural.
Cette volonté d'établir des partenariats et d'accéder à de nouvelles technologies est présente chez tous les entrepreneurs du pays. C'est ainsi le cas de l'ECA, l'une des plus importante société de construction de la région d'Alger. Son directeur général, M.Hasbellaoui, fait part de sa volonté de trouver un partenaire " Nos plus gros marchés se situent dans la réalisation de logements pour le compte de l'Etat, c'est pour cela que nous voulons prendre en charge une bonne partie du programme des 65.000 logements à construire. Nous désirerions aussi trouver un partenaire pour la réalisation de cet immense projet. Un partenaire étranger nous permettrait de mieux réaliser et beaucoup plus vite. "
La plus importante démarche entreprise par le gouvernement algérien a trait à l'offre de logement. Il s'agit de diversifier les formules, pour une meilleure adéquation avec les revenus et une réorientation vers l'accession à la propriété. Les projets lancés sur l'année 2002 concernent près de 130.000 logements, dont plus de 62.000 entrent dans la catégorie du logement social locatif financé sur les ressources budgétaires, pour un montant de 47,6 milliards de dinars. C'est à ce niveau qu'interviennent les Offices de Promotion et de Gestion Immobilière (OPGI), chargés de la promotion et de la maîtrise d'ouvrages pour le compte exclusif de l'Etat. Ici aussi, le partenariat et l'investissement étranger sont les bienvenus. M.Imadali, directeur général de l'OPGI d'Oran, affirme à ce propos qu'" actuellement, la demande en Algérie est tellement forte en matière de logements, qu'il faut énormément d'investisseurs.

Nous avons un déficit d'environ un million de logements, je pense donc que tout investisseur est le bienvenu. Il faut aussi signaler que nous ne connaissons pas de problèmes de méventes. " Les OPGI ont également un caractère commercial et peuvent entreprendre des actions purement lucratives. Et M.Zahana, directeur général de l'OPGI de Blida, va plus loin : " Pour nous les OPGI, outil de réalisation pour le compte de l'Etat, nous savons très bien que l'avenir soit d'investir dans la promotion immobilière à caractère lucratif. "
Depuis son lancement, la location-vente est incontestablement la formule qui a eu le plus grand succès auprès des citoyens algériens. Lancée au niveau de huit wilayas en 2001, elle a en effet dépassé tous les espoirs et a, par conséquent, été étendue dans 25 wilayas pour l'année en cours. Un programme de 55.000 unités, est actuellement en cours à travers le territoire national. Les autorités algériennes ont engagé des discussions sur des opérations de partenariat avec des promoteurs étrangers (chinois et moyens orientaux notamment) et entendent élargir les sources de financement à des bailleurs de fonds nationaux et étrangers. La dynamique générée par cette formule devrait permettre à l'Etat de se désengager progressivement du financement, tout en maintenant son intervention au profit du logement social, qui bénéficiera aux populations les plus démunies.
Parmi les organismes publics créés pour promouvoir et soutenir financièrement le développement du secteur de l'habitat, la CNL ( Caisse Nationale du Logement) est l'une des principale structure. Elle gère les contributions et les aides de l'Etat, notamment celles en faveur du logement social. Selon son directeur général, M.Djama, " l'ensemble des interventions de l'Etat, hors abattement et facilitation sur le foncier, peut être évalué à un milliard de dollars chaque année, dont près de 75% transitent par la CNL. "
Par ailleurs, en matière d'urbanisme, les autorités algériennes projettent la construction de trois nouvelles villes. Une de 300.000 habitants dans la wilaya de Constantine ; la nouvelle ville de Boughzoul et une autre près de la capitale (Sidi-Abdellah). Cette dernière met davantage l'accent sur les nouvelles technologies. Un cyber parc devrait ainsi y voir le jour, avec le concours du ministère des PTT et celui de l'enseignement et de la recherche scientifique. " Maintenant, nous attendons les financements des grands investisseurs privés ", explique M.Hamidi, directeur général de l'ANSA, en charge du projet " Sidi Abdellah ". Certains investisseurs sont déjà présents, tels le groupe Khalifa ou encore l'hôpital américain, qui s'est engagé à construire un centre de recherche pour les maladies cardio-vasculaires. Parallèlement à tous ces programmes, des projets inhérents aux tissus urbains existants sont en cours. L'Algérie dispose, en effet, d'un patrimoine architectural exceptionnel. Mais celui-ci connaît un état de dégradation très avancé. Des opérations de réhabilitations de grands ensembles de logements sont actuellement menées dans les anciens quartiers de la capitale et des métropoles régionales (Oran, Constantine, Annaba). Par ailleurs, la rénovation des centres historiques du Sud est programmée, dans le cadre de la mise en œuvre du fonds national de développement des régions du Sud. Au niveau de la capitale, un projet de restructuration urbaine de grande envergure est initié au niveau du quartier de " Hamma ", qui devrait constituer la future zone des affaires d'Alger. Ce projet prévoit la réalisation de 17.000 logements pour une population de 120.000 habitants avec l'implantation de centres d'affaires, de services et d'un pôle de grands équipements.

L'Hydraulique, sous le sceau de l'urgence

Ainsi le secteur de l'hydraulique connaît une revitalisation accrue, notamment à travers la relance de projets qui traînent depuis plusieurs années et l'initialisation de nouveaux chantiers. L'Algérie est actuellement dans une crise réelle de carences en eau. Pour parer à cette situation, l'Etat algérien investit des moyens financiers colossaux; il ne mobilisera ainsi pas moins de 1.500 milliards de dinars (19 billions USD), pour une remise à niveau des infrastructures hydrauliques. Les priorités vont majoritairement à la construction de nouveaux barrages et interconnections, à la réduction de l'envasement de ces barrages, aux traitements des eaux usées, à la lutte contre les déperditions et le gaspillage et aux projets de dessalement d'eau de mer. M.Attar, ministre des Ressources en Eau précise dans ce cadre que " les investisseurs étrangers sont invités à venir investir en Algérie et à s'impliquer tant par des partenariats avec des entreprises privées que publiques. Il y a tellement de chantiers à ouvrir dans le secteur de l'hydraulique que les moyens nationaux sont insuffisants. Nous sommes obligés de faire appel aux entreprises étrangères, tant pour des volumes de moyens que pour des motifs de maîtrise de technologies. "
L'évaluation de la situation dans le secteur de l'eau a fait apparaître des insuffisances en matière d'infrastructures de mobilisation et de transfert, ainsi qu'un sérieux dysfonctionnement dans la gestion du service public de l'eau et dans l'exploitation des réseaux existants. Outre ces insuffisances, le déficit en pluviométrie qu'a connu le pays sur une longue période, s'est répercuté de façon sensible sur la disponibilité des ressources en eau, se traduisant ainsi par la diminution des nappes souterraines et l'épuisement des réserves des barrages, destinées à l'alimentation en eau potable. Pour faire face à cette pénurie, et afin de répondre aux besoins immédiats des populations, la réalisation de barrages supplémentaires, afin d'encore augmenter les capacités de captage se présente comme une nécessité. Selon le ministère des Ressources en eau, seulement cinq milliards de mètres cube d'eau sont captés annuellement, alors que le pays pourrait en pomper près de douze. A l'heure actuelle, pas moins de 50 ouvrages de captage sont donc en cours de construction. Par ailleurs, différents projets d'interconnexions, sont inscrits au plan d'action du gouvernement ; certains sont déjà en voie d'achèvement, tel la connexion de trois barrages à la ville d'Alger. Devant l'importance des travaux à entreprendre, M.Bousahba, président et membre fondateur de la Société de Gestion et de Participation Ergthy, regroupant plusieurs entreprises opérant dans le secteur de l'hydraulique, en appelle également au partenariat : " Il y a des capacités de négociation, le marché algérien est très porteur, les investisseurs ont donc intérêt à prendre des participations de capital pour le futur. " Et le directeur de la SGP Ergthy ajoute à l'attention de ces investisseurs : " Il existe dans le secteur hydraulique des potentialités en matière technique, de savoir-faire et d'expérience qu'il faut exploiter à l'intérieur de l'Algérie, mais aussi à l'extérieur ; nous avons des prix compétitifs qui leurs permettront de gagner de l'argent ". La réduction de l'envasement de certains barrages est également à l'ordre du jour. Les autorités voudraient ainsi dévaser pas moins de neuf installations, sur une période de 3 années (2003-2005). Pour éviter ce phénomène, il faudra penser à limiter l'érosion, notamment par un aménagement et un boisement judicieux des bassins.

Le traitement des eaux usées constitue aussi une priorité. Or, l'état des stations d'épurations est alarmant. En effet, sur les 53 installations existantes, 42 sont à l'arrêt et il n'existe aucuns organismes spécialisés dans la gestion de tels équipements. Les premières démarches à entreprendre consistent en une estimation des problèmes pour définir les mesures à prendre ; il faudra ensuite remettre en état ce qui existe et à l'avenir, adapter les modes de gestion de telles installations. La situation actuelle est critique, puisque les eaux non-traitées sont rejetées dans les oueds et les vallées agricoles, avec tous les risques d'épidémies que cela implique.
Un autre point crucial concerne la rénovation du réseau d'alimentation en eau potable dans quelques 40 villes du pays. Il s'agit là également d'une priorité pour laquelle un budget de 53 milliards de dinars (67 millions USD) a été débloqué. La vétusté du réseau de conduites, long de 39.000 km, contribue à aggraver la situation de l'alimentation en eau des villes. Les fuites sont, en effet, estimées à 30 %.
Vu l'importance du déficit hydraulique, l'effort de production a également été axé sur des ressources alternatives, tels le dessalement de l'eau de mer et le recyclage des eaux usées. La réalisation, à terme, d'une cinquantaine de stations de dessalement d'eau de mer, assurant l'approvisionnement des villes du littoral, a été prévue. Ce projet apparaît aujourd'hui comme incontournable, vu l'importance des besoins en eau. Il permettra, d'autre part, de concentrer l'apport des barrages à l'alimentation de l'intérieur du pays, surtout les zones des Hauts-plateaux et de la plaine. L'acquisition de huit usines de dessalement permettra, dans un premier temps, la mobilisation de 1,5 millions de mètres cube/jour, qui suffisent à couvrir les besoins de 9 millions d'habitants.
Pour faire face à la situation actuelle, les autorités algérienne ont également engagé une action de redéploiement et de mise à niveau des structures publiques intervenants dans cinq segments du secteur de l'eau. Il s'agit de la connaissance des ressources en eau, de leur mobilisation et de leur transfert, de la distribution de l'eau potable et industrielle, de la distribution de l'eau d'irrigation et de l'assainissement et du recyclage des eaux usées. Dans une première étape, deux organismes viennent d'être créés : l'Algérienne des Eaux (ADE) et de l'Office National de l'Assainissement (ONA). Par la suite, le secteur engagera des actions de renforcement et de redéploiement des établissements, chargés respectivement de l'évaluation des ressources en eau (ANRH), de la mobilisation et du transfert de l'eau (ANB) et enfin de l'irrigation (AGID). L'Algérienne des Eaux et l'Office National de l'Assainissement, sont dotés d'un statut d'EPIC (entreprise publique industrielle et commerciales), leur champ d'intervention couvre à la fois la gestion du service public et la maîtrise d'ouvrage déléguée des projets d'AEP et d'assainissement. Ces établissements sont engagés dans un certain nombre de mission comme la mise en œuvre des programmes annuels et pluriannuels d'investissement, ainsi que la réalisation de projets par voie de concession ou toutes autres formes de partenariats, tel que le système BOT. La réforme du secteur public de l'eau potable et de l'assainissement s'inscrit donc dans le cadre d'une démarche, qui vise notamment la réorganisation des organismes, par le recours à une vaste action de remise à niveau et l'ouverture du secteur des ressources en eau à d'autres formes de gestion plus efficaces, tels que l'affermage ou la concession, qui feront intervenir des opérateurs nationaux ou étrangers.

La locomotive des réformes

La vague d'ouverture qui caractérise l'ensemble des secteurs est encore plus marquée dans celui de l'Energie, qui reste le champ dominant de l'économie du pays. Le développement de ce secteur et de celui des mines est un impératif pour la stabilité financière de l'Etat, la viabilité des finances extérieures et la croissance de l'emploi. Ce développement n'est plus envisageable sur la seule base de capitaux publics. Il est indispensable d'associer des capitaux privés, locaux et étrangers, à la mise en valeur du formidable potentiel de développement que représente ce secteur.
Les priorités de la nouvelle politique énergétique et minière sont de plusieurs ordres. Il s'agit notamment d'encourager la création de PMI et PME autour des différents pôles d'activités du secteur ; d'améliorer, par le biais de la concurrence, l'organisation managériale, la qualité et les coûts de production; d'exploiter les opportunités offertes par la globalisation, pour les investissements à l'intérieur (exportation d'électricité, valorisation des produits en aval du gaz et du pétrole, valorisation des produits miniers, etc.) et à l'extérieur.

Un nouveau statut pour la Sonatrach



In view of a more competitive market, Algeria's energy sector, the most strategic sector of its economy, must be thoroughly prepared and organized to comply with the rules and regulations of world trade.
In the gas and oil sector, the first step is to abandon the reflexes of a centralized economy and set favorable rules and regulations for competition and free enterprise. "A bill was drafted clearly separating the functions of the state and companies. The function of the state is to govern economic and regulatory policies, whereas companies have a purely commercial role" explains Mr. Chakib Khelil, Minister of energy and mines and CEO of Sonatrach. Companies have thus the opportunity to operate in a free competitive market.
Sonatrach, the national oil and gas management company, will become, in this new legal framework, an operator like other operators, i.e. a purely commercial company, stripped of its former public powerhouse advantages. In the wake of this restructuring policy, Analft, a new agency, is about to see the day. Its duties will be to grant research and exploitation permits through calls for tender, to regulate the market and to collect company fees. However, Analft will mostly be in charge of promoting investment and guaranteeing access to the market with no discriminatory tariffs. In parallel to the reforms announced by the Ministry of Energy and Mines, companies of this sector will also be trained in the future system.

La Sonatrach, l'entreprise nationale de gestion du pétrole et du gaz, deviendra dans ce nouveau cadre légal, un opérateur, au même titre que les autres. C'est à dire une entreprise purement commerciale sans ses anciennes prérogatives de puissance publique. Dans le sillage de ces restructurations, une nouvelle agence, l'Analft, verra le jour. Son rôle consistera à accorder des permis de recherche et d'exploitation à travers les appels d'offres ; de réguler le marché et de percevoir les redevances dues par les compagnies. Mais l'Analft sera surtout chargée de promouvoir l'investissement et de garantir l'accès au marché sans tarifs discriminatoires.
Parallèlement, les réformes annoncées par le ministère de l'énergie et des mines seront accompagnées d'une formation des entreprises du secteur au futur contexte. La Sonatrach sera dotée d'un nouveau statut qui lui permettra de réaliser, sur un même pied d'égalité avec ses concurrents, des opérations commerciale. Ce processus sera accompagné d'une modernisation du management de l'entreprise et de l'acquisition de nouvelles technologies. A moyen terme, il s'agit aussi de préparer Sonatrach à l'ouverture de son capital." Notre ambition est de transformer la Sonatrach en une compagnie internationale qui soit leader dans la commercialisation du gaz dans la Méditerranée et le bassin atlantique. ", affirme le ministre Khelil qui souligne, en passant, le quasi-leadership dans la commercialisation du GPL et du condensa pour ces régions.

Les ambitions de la Sonatrach, douzième compagnie mondiale du secteur, ne s'arrêtent pas là ; un projet d'extension de ses activités est prévu au Pérou, la société compte, par ailleurs, renforcer sa présence sur le marché nord américain.
La mise en œuvre de cette stratégie d'expansion nécessite une politique de partenariat pour la conquête de nouvelles parts de marchés, mais aussi, dans une certaine mesure, pour un accroissement des performances de l'entreprise, afin de faire face à la concurrence.Cette mise à niveau est le leitmotiv des deux plus importantes filiales de la Sonatrach, Naftal et Naftec. Avec 80% des parts de marché dans la distribution, le stockage, le transport et la commercialisation des carburants, du GPL, des lubrifiants et des produits spéciaux, la Naftal se devait d'initier un processus de modernisation et de réhabilitation de ses infrastructures.
Cette exigence passe par l'assise des normes de sécurité industrielle et de protection de l'environnement, par la modernisation et l'extension de son réseau de stations-service, par le renouvellement de ses moyens de transport, ainsi que par l'augmentation de ses capacités de livraison par pipe. Pour sa part, la Naftec, leader national dans le raffinage des produits pétroliers, réalise de grands efforts pour la réduction des facteurs polluants provenant des carburants.

Dynamisme du secteur para-pétrolier

Spécialisée dans l'engineering et la construction d'installations nécessaires aux compagnies du secteur énergétique, GCB tente d'intégrer l'esprit de compétition. Libérée de la tutelle de la Sonatrach depuis 1983, cette entreprise à été initiée plus précocement à un mode de gestion autonome et s'apprête activement à faire face à davantage de concurrence. " nous avons commencé à nous y préparer, il y a plus de cinq ans, au niveau de notre personnel, avec le développement de la formation, mais aussi de la planification, de l'informatique, etc. Toutes ces mesures sont prises pour faire face à une concurrence plus importante, mais aussi afin de pouvoir gérer de nouveaux défis ", explique Mr. Akli Tarzalt, directeur général de GCB.

Dans le cadre de cette mise à niveau, le partenariat fait également partie des priorités de GCB, afin, notamment, de profiter d'un apport technique extérieur. " Maintenant que nous avons un certain savoir-faire dans le génie-civil, nous avons envisagé d'exporter nos services. Nous nous sommes d'abord orienté vers un voisin, la Libye, mais nous ne voulons pas faire cavalier seul. C'est pourquoi nous sommes à la recherche d'un partenaire qui puisse nous accompagner pour aller affronter la concurrence dans d'autres pays. (…) N'ayant pas la pratique de l'exportation, nous souhaitons démarrer avec une entreprise qui a l'expérience et le savoir-faire nécessaire. ", remarque Mr. Akli Tarzalt. L'esprit de partenariat et de diversification des activités anime également GCB en direction du marché local ; tel est le cas de l'intérêt particulier que porte l'entreprise sur le secteur du bâtiment.
" Il y a une crise terrible de logements à Alger; de ce fait, nous recherchons un partenaire qui puisse nous apporter une technologie, un procédé de construction, avec lequel nous pourrions construire des logements à moindre coût. " explique le directeur général de GCB. Mr. Hadibi, P.D.G. de BJSP, une société para-pétrolière opérant principalement dans la cimentation et la stimulation des puits, est très optimiste pour l'avenir de son secteur en Algérie. Cette entreprise s'est, elle aussi, libérée du giron de la Sonatrach dans les années 80, pour acquérir progressivement son indépendance par rapport à l'Etat. " La force de la BJSP réside principalement dans la maîtrise de ses coûts de production " explique Mr Rahibi. Mais cette force se trouve aussi dans la qualité de ses partenariats ; tels Ali Burton ou encore Schlumberger. Les objectifs de la BJSP sont, quant à eux, bien défini, ils ambitionnent le leadership sur les marchés de base de l'entreprise.

Sonelgaz, l'expansion de l'industrie du gaz

La filière des gaz industriels poursuit quant à elle son essor, avec des projets portés par des entreprises ambitieuses, telles qu'Hélios et Cogiz qui produisent et fournissent 70% de l'hélium du marché européen. En mai dernier, l'appel d'offre lancé par Cogiz pour la création d'une usine à Skikda a débouché sur une perspective de partenariat avec l'allemand Linde avec la possibilité de fournir de l'hélium sur 80% du marché européen. Une étude pour la construction d'une troisième usine en 2006-2007 est déjà en cours. Et les perspectives de croissance ne s'arrêtent pas à ce stade. Mr. Mahdad, P.D.G. de Cogiz, explique en effet : " notre ambition est de nous associer avec des partenaires qui ont un savoir-faire, afin qu'on puisse aller prospecter ensemble les marchés européens et se développer ailleurs que dans le domaine de l'hélium et de l'azote ".
Bien entendu, le secteur phare demeure le pétrole, là où les investissements se multiplient au rythme des contrats signés en association avec la Sonatrach. C'est sur ce terrain que les partenaires étrangers suivent avec une très grande attention les évolutions du marché, promis à une plus grande libéralisation. Comme le dit Mr. Ian McIntosch, directeur général pour l'Afrique du Nord de Petro-Canada, " l'une des choses que nous avons vu en arrivant ici, ce sont les promesses de changement. Nous attendons réellement la nouvelle loi sur les hydrocarbures qui sera positive pour l'Algérie. Nous pensons qu'il y a là une opportunité de rendre l'Algérie plus attractive à l'investissement. Notre position est d'être constamment présent en Algérie, mais avec prudence en attendant les nouveaux changements ".
Quant à la nouvelle loi sur l'électricité, elle aura pour première conséquence la perte par Sonelgaz, la société nationale de l'électricité et du gaz, de son monopole. Cette grande entreprise publique sera transformée en une société qui pourra vendre ses actions aux investisseurs, offrant la possibilité à ces derniers de produire de l'électricité. Plusieurs entreprises internationales étudient de très près les opportunités de partenariats dans ce secteur de l'électricité, si elles ne se sont pas déjà engagées.

Récapitulatif des liens algéro-asiatiques

Si, depuis toujours, le partenariat a été très dense avec les pays européens et les Etats-Unis, la commercialisation des hydrocarbures et du gaz naturel de l'Algérie vers l'Asie subit l'handicape naturel de la géographie. En témoignent les exportations vers l'Asie qui n'ont jamais atteint la barre des 2 millions de tonnes par an. Cela n'empêche pas Sonatrach d'être présente en Asie, à travers sa filiale SPC-Asia (Sonatrach Petroleum Corporation Asia) qui exerce le trading à partir de Singapour. La SPC enregistre d'assez bons résultats, dans la mesure où elle commercialise pour une moyenne de 12 millions de tonnes/an, avec une marge bénéficiaire de 25 millions de dollars (1999).
La coopération avec l'Asie ne s'arrête pas là, à l'image du contrat signé par SPC avec Kawasaki Heavy Industries pour l'acquisition de deux nouveaux navires GPL, livrés en 2000. Précédemment, le partenariat avec la Malaisie avait fait un grand pas en avant, avec la signature, en décembre 1996, d'un contrat de recherche et d'exploitation au gisement El-Hidjara-Oued-El-Maraa, avec Petronas Carigali. Ce contrat traitait d'un financement de 38 millions de dollars pour une coopération s'étalant sur sept ans, comprenant le forage de quatre puits et la formation du personnel de la Sonatrach.
Les liens avec les compagnies asiatiques ont été approfondis progressivement ; la foire-exposition de Kuala Lampur de 1998, à laquelle avait pris part l'Algérie, donnait d'ailleurs un bel aperçu des intentions d'investissements de certaines d'entre elles en Algérie. Ainsi, en avril 2000, un accord portant sur l'amont pétrolier a été signé entre la Sonatrach et Petronas ; une série de projets ont, par ailleurs, été retenu pour des transformations en pétrochimie avec la raffinerie de Skikda. En juin de la même année, un contrat a été avalisé entre la Sonatrach et BHP (Australie), en association avec la firme américaine Petrofac et la japonaise JOOC, pour le développement et l'exploitation du gisement d'Ohanet (sud algérien). L'investissement est de l'ordre de 928 millions de dollars ; JOOC y contribue à 30%. Au menu de ce projet: une usine de gaz et une usine de carburant à réaliser, ainsi que 236 km de canalisations et 47 puits de développement, pour une durée d'exploitation de 8 ans.
Sur le marché algérien des services pétroliers, il y a lieu de noter la présence de la firme japonaise JGC, activant dans l'important gisement de Birkine qui offre une capacité de 300.000 barils/jours. Enfin, en mai 2001, l'Algérie a activement participé à la conférence internationale sur le GNL (gaz naturel liquéfié) de Séoul. En juin 2003, le pays espère pouvoir apporter sa contribution lors du congrès mondial du gaz à Tokyo. Il est vrai que certaines questions, dont celles relatives à l'environnement ou à la percée du GTL (gas to liquid), le nouveau carburant écologique, offriront certainement à l'Algérie de sérieuses opportunités d'échanges. Il convient également de souligner l'implication des banques asiatiques pour soutenir ces relations, à l'image des garanties de 50 et 80 millions de USD accordé respectivement par la Corean Exion Bank et la Japan Exion Bank qui marquent d'une volonté politique de raprochement, au même titre que la recente visite de la présidente indonesienne et du premier Ministre chinois en Algérie au mois de septembre dernier.

Intensification de la production minière

Avant l'indépendance (1962), l'activité minière en Algérie était orientée principalement vers l'exploitation des gisements de fer et de plomb - zinc. Un effort de prospection durant ces 30 dernières années a permis de développer l'infrastructure géologique de base et d'inventorier un grand nombre de sites, dont certains offrent de réelles perspectives d'investissement. Ainsi, en plus de l'exploitation de base (fer, sel, zinc, plomb, marbre, baryte, etc.), les recherches entreprises ces dernières années, ont permis de trouver des gisements d'or, de wolfram, d'étain, d'argent, de diamant, de mercure, de métaux rares et pierres précieuse et semi-précieuses.
Plus en avance dans le programme de libéralisation, le domaine minier est régi par une nouvelle loi approuvée en juin 2001. Elle permet, notamment, aux investisseurs privés d'exploiter les mines mises en concession et d'en commercialiser librement le produit. Instrument privilégié de ce secteur, l'Office de Recherche en Géologie Minière (ORGM) dispose d'une banque de données sur les mines, accessible aux investisseurs. Depuis la mise à disposition de ce service, trois appels d'offres pour la mise en concession de mines ont permis de lancer près de soixante dix projets d'exploitation, au nord du pays et dans les hauts plateaux. Dans le même temps, le ministère de l'Energie et des mines recherche des partenaires pour le traitement et l'exploration de l'or. Les gisements d'or devraient, en effet, connaître une exploitation plus continue. Cette tâche revient à l'entreprise nationale de l'or (Enor), qui a déjà réussi la première mise aux enchères de 60 kg de ce métal précieux en avril dernier. Des ventes similaires seront organisées périodiquement en Algérie. L'Enor a, par ailleurs, créé sa propre entreprise d'exploitation du gisement de Tirek au sud du pays, avec une capacité de 2000 tonnes/an. Un avis d'appel d'offres a aussi été lancé pour l'exploration du diamant et de l'or dans le sud-ouest de l'Algérie ; d'autres en appellent au partenariat pour l'exploitation du zinc et du plomb, ainsi que pour 50 petites mines de marbre, de pierres décoratives, d'agrégats, et de sel.

Activant dans la production du phosphate et du fer, Ferphos, aux dires de son Président directeur général, Mr. Mebarki, est l'exemple même de l'extraordinaire potentiel minier du pays ; " notre force est la possession d'un immense gisement de phosphate avec 2 milliards de tonnes de réserves. Notre gisement est le seul au monde à avoir une couche de 30 mètres de phosphate, l'un des plus réactifs au monde. (…) Nous avons les capacités d'extraire jusqu'à 4 millions de tonnes en phosphate brut ". En matière de partenariat, Mr. Mebarki révèle que l'association entre Ferphos et Ispat LNM a permis d'élever la production en fer à 240 millions de tonnes, principalement au profit du marché local. Avec de tels atouts, Ferphos a les moyens de ses ambitions, et non des moindres. " Nous comptons lancer très prochainement un premier projet de production d'acide phosphorique et de DAP en Algérie. Un deuxième projet vise à produire environ 150 milles tonnes de phosphate. Nous ciblons 750 milles tonnes par jour en matière d'acide phosphorique ", explique Mr. Mebarki qui en appel aussi à de nouveaux partenariats ; " Ce que nous recherchons en eux, c'est la technologie et un bon marché. Nous sommes ouverts à toutes propositions et discussions et sommes prêt à nous associer avec des partenaires étrangers, même au niveau du gisement. La nouvelle loi minière d'Algérie est un atout extraordinaire ".
L'objectif principal poursuivi est donc d'impulser un nouvel élan de développement au secteur minier afin qu'il contribue de manière significative à la relance de l'économie algérienne. Les perspectives de développement prennent donc principalement en considération la poursuite des efforts de modernisation de l'outil de production, l'intensification des recherches, ainsi que la recherche de partenaires étrangers détenteurs de capitaux, de technologies et de réseaux commerciaux pour le développement des activités minières.

Prise de conscience environnementale

La grande innovation apportée par le gouvernement en matière d'énergie, concerne la prise en charge de la question environnementale. Dans cette tâche, l'agence APRUE constitue l'instrument clé, notamment dans le domaine des énergies renouvelables.
Dans ce secteur de pointe, le partenariat et le recours à l'expertise étrangère est un objectif stratégique. Donnant un aperçu du marché, Mr. Bouzeriba, directeur général de l'APRUE déclare: " nous orientons nos efforts vers les zones isolées, les zones où l'énergie conventionnelle n'est pas compétitive. Elle n'y est ni disponible, ni compétitive, parce qu'il faut la transporter sur de longues distances. Ces zones isolées, qui ne sont pas connectées, représentent autour de 4 à 5% du territoire national.(…) C'est donc toute cette partie du territoire qui devra être alimentée en énergie et, à première vue, l'énergie renouvelable pourrait constituer une alternative, parce qu'en termes d'investissements c'est beaucoup moins important mais cependant très rentable ".

Les restructurations que connaît le secteur énergétique sont capitales pour le développement et la croissance du pays. Outre l'exploration, un éléments décisif de cette croissance réside dans les projets de pipe line reliant l'Algérie à l'Italie (Enrico Mattei), à l'Espagne (Pedro Durran Farrecc) et à terme peut-être aux pays d'Afrique. Actuellement, on compte 11 pipe line gazier et 14 pour le pétrole sur une distance de 13.000 km. Dans ce marché en pleine expansion, l'Algérie bénéficie d'une situation géostratégique de choix, c'est ainsi que le pays développe de solide relations commerciales avec les pays d'Europe, les Etats-Unis et ses voisins du Maghreb. Pour le secteur minier, l'Etat entend toujours exercer son rôle de propriétaire du domaine, de promoteur de l'investissement et de régulateur de l'activité économique. En revanche, par l'adoption récente de lois, il entend se désengager des activités commerciales et accroître la contribution du capital privé à l'effort de développement du secteur.

Intégrer les nouvelles technologies

l'Algérie comprend le plus faible taux de couverture à l'échelle africaine. Seul 5% de la population dispose d'un téléphone, alors que l'on compte près de 700.000 demandes en instance pour le téléphone fixe et 200.000 pour le mobile (chiffres de 1999). Une récente étude a, par ailleurs, fixé la demande potentielle d'abonnés solvables à 7 millions pour la téléphonie fixe, et à 5 millions pour la téléphonie mobile. A l'horizon 2010, on devrait connaître une télé-densité de 25% en fixe et de 30% en mobile. L'Etat vient de lancer, quant à lui, un appel d'offre pour l'élaboration d'une étude sur le marché des télécoms Algérien afin de mieux en cerner le développement. Au vu du retard technologique pris par ce secteur, l'appel au capital privé a permis l'entrée sur le marché d'un nouvel opérateur, le l'Egyptien Orascom, pour la mise en place et l'exploitation de la deuxième licence GSM, ce qui a révolutionné un marché monopolistique, placé sous la responsabilité du ministère des Postes et Télécommunications. Une troisième licence d'exploitation sera proposée vers 2003, année qui verra aussi la mise en compétition du marché du téléphone fixe. Par ailleurs, de grands équipementiers se placent déjà sur le marché, dont Siemens, Motorolla et Ericsson.

La refonte des Télécommunications

Le secteur des postes et télécommunications fait aujourd'hui l'objet d'une reforme en profondeur, dont le but est d'assurer la compétitivité de ses organes à l'heure de l'ouverture et de la diversification de l'économie algérienne. Cette réorientation stratégique doit veiller avant tout à assurer un meilleur service aux citoyens. C'est dans ce but que les grands axes du programme gouvernemental s'articulent, principalement, autour de la refonte du cadre législatif et réglementaire du secteur de la poste et des télécommunications, pour asseoir ses reformes sur une base solide, transparente et sûre. Dans le cadre de l'ouverture de cet important marché à la concurrence, l'Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARPT) veille à la mises en place effective des réformes, ainsi qu'au respect des procédures.
Depuis la nouvelle loi élaborée en 2000, l'ancienne structure étatique regroupant la gestion de l'ensemble des activités des secteurs de la Poste et des télécommunications est maintenant scindée en deux entreprises distinctes ; Algérie télécoms et ses filiales associées: Mobilis pour le téléphone cellulaire et Djaweb pour l'Internet ; et une entreprise publique à caractère industriel et commerciale, Algérie Poste et sa filiale Sarii Post pour le courrier express. Il s'agit là du premier secteur qui a été ouvert à la concurrence, en 1994, avec l'installation de DHL International. FEDEX comme UPS ont retiré le cahier des charges après le lancement d'un appel à manifestation d'intérêts par l'autorité de régulation des Postes et Télécommunications. Parlant de ce marché concurrentiel, Mr.Rezzoug, directeur général de DHL, remarque que " l'Algérie est un pays à fort potentiel où les investisseurs peuvent bénéficier de beaucoup d'avantages tels que l'exonération d'impôts, ainsi que la facilité douanière et fiscale, qui est le leitmotiv de la promotion de l'investissement. ". Et le dirigeant de DHL ajoute encore que " la privatisation du secteur des télécommunications va par ailleurs conduire à une amélioration considérable de ce marché".
Djaweb est lui le nouveau fournisseur d'accès Internet offrant une gamme de services complète et élaborée, avec des prix concurrentiels et une relativement bonne couverture du territoire national. Si le réseau Internet est loin d'être présent dans tous les foyers, il est aujourd'hui accessible à tous, le ministère ayant largement supprimé les contraintes pour l'ouverture de cyber cafés, inexistants il y a encore moins de trois ans et actuellement omniprésents. Dans ce secteur, quatre providers privés (Gecos, Eepad qui est en partenariat avec Wanadoo, Solinet et Icos.net) sont venus concurrencer l'opérateur public Cerist, tandis que le ministère vient de lancer une ligne d'accès sans abonnement. Selon une étude faite en 2001, près de 6.000 entreprises sont connectées à Internet, instrument qu'elles n'utilisent même pas dans toutes ses possibilités (messagerie interne, sites interactifs,etc.).

Appels aux partenariats

Algérie Télécoms détient la première licence GSM et s'est associé avec Ericsson pour le lancement de 500.000 lignes au cours de cette année. Mais les perspectives d'Algérie Télécoms vont au-delà de ces prévisions, comme l'explique son P.D.G., Monsieur Messaoud Chettih :

"Dans le secteur des télécoms, il est admis et reconnu que les marchés porteurs sont ceux du Maghreb, car ils sont en pleine phase de développement. Il y a un intérêt pour les opérations de partenariat, mais nous les voyons différemment. Nous voulons aller au-delà du simple achat d'équipements et d' installations. Nos partenaires doivent comprendre et agir dans cette perspective ". Et Messaoud Chettih précise encore: " le problème des télécoms est celui de l'offre et non pas de la demande. Nous sommes loin de satisfaire les besoins exprimés. Il faut qu'Algérie Télécoms réagisse rapidement, même si la situation est confortable ; la concurrence va venir et c'est peut-être elle qui se chargera de satisfaire ces besoins. (…) Algérie Télécoms a besoin d'un partenaire stratégique avec une ouverture de capital à hauteur de 30% ; l'entreprise a aussi besoin d'un apport technologique et managerial. Le partenariat étant essentiel, plusieurs sociétés comme Telefonica et France Télécoms ont montré un certain intérêt pour le marché algérien. (…) Algérie Télécoms venant d'être créée, le ministère ne pouvait pas engager des alliances autres, que celles qui consistent à s'approvisionner en matériels. Mais cela devrait se concrétiser avec le GSM, l'Internet et le transport de l'image. " Mr. Chettih a de quoi être optimiste, car Algérie-Télécoms, pour le moment, se place loin devant la concurrence.Au vu de la spécificité du service public, l'évolution des services postaux pourrait, quant à elle, ne pas connaître la même croissance. Même si la Poste reste un vecteur important pour les échanges financiers et le courrier, avec un total de 5 millions de comptes courants, son mode de fonctionnement reste en deçà des standards internationaux, notamment en termes de délais et de diversité des services.Mais la Poste n'en demeure pas moins une opportunité des plus intéressantes. " Le secteur des services, notamment la Poste, demande des investissements conséquents, c'est pour cette raison que nous sommes ouverts à tous types de partenariats qui pourraient améliorer et développer notre créneau. (…) Des réformes ont été menées avec l'appui de la Banque Mondiale qui a accordé un prêt de 9 millions de dollars.

Dans le cadre de ce prêt, une étude est planifiée pour évaluer les possibilités de revalorisation de la ressource humaine et optimiser l'organisation de la Poste, notamment en se basant sur les technologies de l'information. Nous bénéficions également du projet MEDA, du fond de l'Union européenne qui servira au développement de la Poste ". explique Mme Ghania Houadria, Directrice générale d'Algérie Poste. De nombreux pas en avant ont déjà été accompli par cette entreprise qui constitue la première banque du pays, et qui prend en charge la gestion du courrier de toutes les sociétés dispensant des services publics (eau, téléphone, gaz, électricité). C'est ainsi qu' Algérie Poste compte lancer son propre service épargne, moderniser sa gestion en introduisant l'usage des nouvelles technologies (à l'image de la consultation des comptes par Internet, déjà mise en place) et perfectionner le courrier express au plan national et international. Il s'agit encore là de projets soutenus par la Banque Mondiale et l'Union Européenne à travers des programme d'assistance technique. Algérie poste devrait donc connaître un nouvel essort ces prochaines années.

Le marché algérien est l'un des plus importants de la région. C'est un marché important non seulement pour le Maghreb et l'Afrique, mais également pour l'ensemble des pays riverains de la méditerranée et pour l'Europe en général. Avec une population de 32 millions, majoritairement composée de jeunes, l'Algérie est un marché réceptif aux nouvelles technologies de l'information et la communication. L'importance de la demande en instance en téléphonie fixe et mobile et d'accès à l'Internet en est, d'ailleurs, la meilleure preuve.
D'autre part, des projets d'envergure internationale sont envisagés dans le cadre de la mise en oeuvre de programmes économiques stratégiques, tels que les futurs gazoducs qui relieront directement Alger à l'Espagne et à l'Italie. Il est évident que ces gazoducs s'accompagneront de systèmes de télécommunications de haute fiabilité et dont les capacités pourraient éventuellement être adaptées pour la prise en charge des besoins d'un grand nombre de pays africains. L'Algérie lancera, par ailleurs, dès cette année le premier d'une série de quatre satellites satellite, ALSAT 1. Ceux-ci seront dédiés à la météo, à la télédétection, à la messagerie courte et à la formation. L'Algérie entend ainsi concrétiser rapidement le droit à communiquer de tous les algériens, quel que soit leur situation et leur lieu de résidence.